Bonjour et Bienvenue sur « Stage-Ethologie.com »

L’éthologie est une science comportementaliste que bon nombre de personnes ne connaissent probablement pas, ou très peu. Ce terme est malheureusement mal utilisé, si bien que certains s’y perdent. L’on peut parler d’éthologie animale et plus exactement d’éthologie équine, mais aussi d’éthologie humaine. Quelle est alors la véritable signification de l’éthologie ? Par définition, l’éthologie est l’étude scientifique des mœurs et des comportements des espèces animales au sein de leur milieu naturel. En quoi consiste précisément cette étude ? Quels sont ses principaux objectifs ? Découvrez tout ce qu’il faut connaître sur l’éthologie, la profession d’éthologue et l’équitation éthologique.

Des origines de l’éthologie à ses formes modernes

Si étymologiquement le mot éthologie veut dire science du comportement, actuellement, il consiste principalement en l’étude du comportement animal. Cette science béhavioriste a été fondée par Nikolaus Tinbergen et Konrad Lorenz, qui ont tous deux remporté en 1973 le Prix Nobel de médecine.

Déployée dans la deuxième moitié du 20ème siècle, l’éthologie, ou plutôt les éthologues se sont en premier lieu intéressés aux animaux sauvages, avant de se tourner vers les animaux domestiques. C’est notamment pour cette raison que les habitudes du zèbre étaient plus familières que celles du cheval, dans les années 1970. Ainsi, l’étude comportementale du cheval a d’abord été entreprise sur un animal sauvage. Mais, vers le début des années 1980, les recherches se sont élargies et ont commencé à être réalisées sur un cheval domestique. C’est de cette façon que l’éthologie équine s’est penchée sur les chevaux en captivité.

Le travail éthologique est focalisé sur quatre questions essentielles, déterminées en 1963 par Nikolaus Tinbergen, que sont :

  • Quelles sont les causes directes du comportement ? ;
  • Quelles sont les causes finales du comportement ? ;
  • De quelle manière le comportement s’est-il établi tout au long de la vie de l’individu ? (ontogenèse des comportements) ;
  • Comment le comportement s’est-il développé durant l’évolution de l’espèce ? (phylogenèse des comportements)

Ces questions reposent sur des concepts de l’éthologie et de la biologie. En effet, la théorie de l’évolution darwinienne occupe une place prépondérante dans l’éthologie selon Tinbergen.

Bien que l’étude éthologique ait progressé depuis l’époque où Tinbergen a défini ces quatre questions, celles-ci sont toujours évoquées par les éthologues d’aujourd’hui. Depuis, l’éthologie dite « classique » de Tinbergen et de Lorenz a donné lieu à l’existence de sous-catégories d’éthologie, parmi lesquelles l’on peut entre autres citer la sociobiologie, l’écologie comportementale ou encore l’éthologie cognitive. Ces disciplines sont plus spécifiques et se concentrent sur une seule ou deux questions de Tinbergen.

L’éthologie « classique »

L’éthologie classique, autrement dit l’éthologie mise en pratique dans les années 1970, ne s’est pas attardée sur les dissemblances entre des animaux d’une même espèce. Elle étudie plutôt les comportements des animaux, et éventuellement de l’homme, dans des conditions de vie bien définies, comme dans le cadre de tests, dans leur habitat naturel, en captivité, domestiqués ou dans un haras. Elle est axée sur les comportements proprement dits, de même que sur leurs fonctions et leurs causes, sans entrer dans les détails.

La sociobiologie

La sociobiologie met l’accent sur l’évolution comportementale, en étudiant de près les gènes. Il s’agit en gros de l’étude des facteurs biologiques ayant un impact sur le comportement des êtres vivants en société.

L’éthologie de la cognition animale

L’éthologie cognitive, expression inventée en 1976 par Griffin, assimile des notions issues des neurosciences et de la psychologie. Cette forme de l’éthologie concerne plusieurs recherches et porte essentiellement sur les mécanismes proximaux intérieurs. Ce, grâce à l’analyse des systèmes nerveux jouant un rôle dans les comportements. L’éthologie de la cognition étudie en outre l’ontogenèse des comportements.

L’écologie comportementale

L’écologie comportementale tient compte des dissimilitudes entre les individus d’une même espèce. Cette science insiste sur les causes évolutives et terminales des comportements, mais également sur les agents environnementaux.

Ce qu’il faut savoir sur le métier d’éthologiste

Tout comme avec une méthode scientifique, lorsqu’un éthologiste effectue une expérimentation, il débute son travail en déterminant la problématique. Pour ce faire, il se base sur diverses recherches scientifiques. Cela concerne toutes les espèces animales. Il émet ensuite des hypothèses avant de dresser un procédé expérimental qui lui permettra de prendre des dispositions de façon objective.

L’éthologue doit avoir un grand sens de l’observation et un œil scientifique. Il doit travailler avec objectivité, minutie et exactitude. Quand il aboutit à des résultats, il les étudie en prenant en compte toutes les statistiques qu’il a en main, avant de faire des déductions et tirer des conclusions. À cette phase, il n’est pas toujours possible de procéder à des enseignements pratiques. Cela n’est faisable qu’après plusieurs résultats.

La différence entre équitation éthologique et éthologie équine

En France, le terme « éthologie » est usuellement employé pour évoquer « l’équitation éthologique ». Il faut souligner que le rôle de l’éthologue et celui du professionnel de l’équitation éthologique sont à ne pas confondre. Très souvent, l’enseignant de l’équitation éthologique est improprement nommé éthologue.

L’éthologue équin est en réalité le spécialiste qui se charge d’observer les comportements des chevaux et de les étudier afin de les comprendre. D’un autre côté, le professionnel d’équitation éthologique applique des techniques de dressage et d’éducation spéciaux.

Ainsi, l’éthologie équine, travail de l’éthologue, est l’étude scientifique du comportement des chevaux au sein de leur habitat naturel. L’éthologie est donc une science et ne doit pas être considérée comme une méthode de travail. L’éthologie a vu le jour dans le courant des années 1950. Cependant, les experts ne se sont penchés sur les chevaux que quelques années plus tard. C’est en 1970 que l’éthologie équine a alors fait son apparition, après l’observation comportementaliste des chevaux sauvages. En aval de leurs recherches comportementales, les premiers éthologues ont projeté de mettre l’éthologie en pratique, en dressant et en élevant les chevaux par rapport à leur comportement dans leur milieu naturel. C’est ce que l’on appelle l’équitation éthologique.

Apparue en 1990, l’équitation éthologique a été adoptée pour mieux dompter les chevaux en fonction de leurs comportements naturels. Bref, l’éthologue est comme un genre d’outil utilisé afin de mieux cerner un cheval et de contribuer à son bien-être animal. L’équitation éthologique et l’éthologie équine sont de ce fait deux travaux bien distincts, qui peuvent toutefois être complémentaires.

Le centre équestre éthologique FFE Itinérant.

Partenaire de la FFE et du Haras de La Cense, je vous propose, à domicile dans toute la France (DOM-TOM compris), un enseignement de l’Approche Ethologique de l’Equitation sous forme de cours, stages et formations professionnelles. Enseignante indépendante, itinérante et diplômée (BPJEPS, BFEE III et Diplôme Ecole Internationale La Cense), j’interviens à votre demande dans les Clubs, Ecuries de Propriétaires ou chez les Particuliers.

Après des années de pratique et d’enseignement de l’Equitation Classique, je suis intimement convaincue que l’Approche Ethologique ne doit pas être considérée comme une discipline isolée mais plutôt comme un complément indispensable à la formation de tout cavalier.

Par un Apport Théorique conséquent, l’Approche Ethologique met l’accent sur la connaissance et le respect de la nature du cheval, favorisant ainsi la compréhension de ses comportements, pour plus de plaisir, de sécurité, et de meilleures performances du couple Cavalier/Cheval.

En effet, la frustration, le découragement, les conflits, la peur et la mise en danger viennent toujours d’un manque de connaissances ou de fausses représentations…

Sur le plan « Pratique de l’Equitation », l’Approche Ethologique accorde autant d’importance au Travail à Pied qu’au Travail Monté. Le cavalier utilise l’ensemble de ses compétences dans ces deux domaines pour travailler son cheval avec bon sens, technicité et tact ; en prenant en compte son état physique, mental et émotionnel.

Le cavalier quitte le statut d’élève exécutant une succession de tâches motrices, pour devenir l’éducateur du cheval et progresser avec lui, en partenariat. Quel que soit son niveau, il est responsable de l’évolution de sa monture et le seul garant de leur bonne relation.